La linogravure utilise le linoléum comme support de base. Travaillé en taille d’épargne comme le bois, le linoléum (matériau inventé en 1863) sera utilisé durant tout le XXe siècle et jusqu’à nos jours. Son faible coût, et la facilité avec laquelle il se travaille (au couteau et à la gouge) en font un concurrent immédiat du bois : le linoléum offre l’avantage d’être une matière souple, plus tendre, donc plus facile à tailler que le bois. Cependant, il ne permet que peu de finesse (moins encore que le bois de fil). On creuse ce qui doit rester blanc : ainsi les parties à encrer forment un relief. Le revêtement qu’est le linoléum n’a pas été tout de suite employé par les artistes comme support d’impression. Il sera très utilisé par les imprimeurs pour la réalisation de typographie géante pour les affiches. Bien que l’on ait tendance à le considérer comme un art mineur, des artistes comme Matisse ou Picasso l’utiliseront. Jean Vodaine, poète, typographe, graveur et éditeur lorrain pratiquait très volontiers cette technique, notamment pour ses poèmes-affiches : la gravure sur linoléum était alors montée sur une planche de bois pour permettre un usage sur presse typographique avec le texte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s